samedi 7 juillet 2018

Samedi 16 juin 2018 : les plantes qui puent, qui grattent, qui pètent...


Les P’tits Castors organisaient une sortie sur le thème « des plantes qui puent, qui pètent, qui grattent… » pour les associations locales (Oiseaux-Nature88, la Ligue pour la Protection des Oiseaux et le Conservatoire des Espaces Naturels de Lorraine). Nous avons exploré les bords de la Moselle  qui n’étaient pas encore fauchés depuis l’espace Clémenceau jusqu’au site classé de l’Ile-sous-Essegney.


Nous avons trouvé beaucoup de plantes :
Des odorantes : la tanaisie et le serpolet qui offrent une forte odeur quand on écrase leurs feuilles entre les doigts ;
Des piquantes et griffeuses avec des poils (la vipérine) ou des épines (le Cirse des champs, la Ronce commune, le Rosier des chiens ou églantier, l’Aubépine, la Bugrane rampante qui cache ses épines redoutables derrière de belles fleurs roses) ;
Une urticante : l’ortie est recouverte de poils qui nous injecte un liquide toxique quand on la touche ;
Des coulantes : l’Euphorbe petit cyprès et la Grande Chélidoine laissent couler un latex toxique, blanc pour la première et orange pour la deuxième ;
Des péteuses : le genêt et la vesce dont les gousses explosent pour disséminer  les graines.
Des accrocheuses : beaucoup de plantes ont développé un système étonnant de dispersion de leurs graines. Certaines disposent d’un petit crochet qui s’accroche aux poils ou aux plumes des animaux qui les déposent un peu plus loin. C’est le cas du gaillet gratteron ou de la Grande Bardane.




Les personnes présentes avaient beaucoup de connaissances et ce fut l’occasion d’échanger sur les différentes propriétés des plantes qui peuvent être consommées ou qui soignent.
Dominique qui travaille aux Jardins de Centaurée à Einvaux nous a donné beaucoup d’explications. Par exemple, le plantin calme les démangeaisons quand on frotte ses feuilles sur les piqûres d’insectes ou de plantes. Le latex de la chélidoine brule les verrues plantaires. L’ortie peut être utilisée dans des tisanes ou en salades. Elle contient de nombreuses vitamines et du fer. La tanaisie peut être utilisée pour repousser les attaques d’insectes dans le jardin.


Lors de cette sortie, nous avons utilisé le livre de Lionel Hignar et Alain Pontoppidan : "Les plantes qui puent, qui pètent, qui piquent" aux éditions Dame Nature.





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire